Politique

Bénin | Commémoration : Quelques moments forts ayant marqué les festivités du 1er Août à Cotonou

Louis Tossavi

Le Bénin a célébré le 1er Août dernier les noces d’ivoire de son accession à la souveraineté nationale et internationale. Un évènement marqué par quelques images fortes.

 

Les Béninois ont commémoré le 1er Août, le 62e anniversaire de leur fête nationale. Une célébration marquée à Cotonou comme à l’accoutumée par un défilé militaire composé de différents tableaux présentés par les corps constitués des Forces Armées Béninoises (FAB).

L’une des attractions spéciales de cette édition a été la Garde Nationale, une unité d’élite avec ses quatre (04) pelotons dont un exclusivement féminin. Cette composante qui prenait part au défilé pour la première fois, a été créée en juin 2020 dans le but de faire face aux menaces djihadistes.  « La Garde Nationale est essentiellement une force d’intervention, une force qui regroupe en son sein toutes les composantes des autres armées que sont les para commandos, les fusiliers marins, les fusiliers aériens et les forces d’intervention de la police républicaine. Elle a pour mission d’intervenir rapidement quand il y a danger à l’intérieur du territoire national, de soutenir l’armée de terre dans le cadre de lutte contre le terrorisme. La Garde nationale a également une mission de protection de l’ensemble des symboles de la nation », avait expliqué Alain Fortunet Nouatin, Ministre délégué chargé de la Défense Nationale lors d’un entretien télévisé en juin dernier.

Ce 1er Août, les Béninois ont également eu droit à une belle démonstration des ‘’agodjiés’’, symbole du courage et de la bravoure des amazones du Danxomè.

L’autre image forte du défilé a été la présence remarquable de certains leaders de l’opposition béninoise aux côtés du chef de l’Etat Patrice Talon. On pouvait apercevoir au premier plan des hôtes de marque, les deux anciens chefs d’Etat, Boni Yayi et Nicéphore Soglo. Ces derniers ont souvent boycotté les manifestations officielles de la fête nationale sous l’actuel régime.

Du monument « aux morts » au monument « aux dévoués »

Comme l’exige la tradition, tout a commencé par le dépôt de gerbes en l’honneur des âmes des disparus. Contrairement aux années antérieures où ce cérémoniel a lieu au pied du monument « aux morts », cette année et pour la toute première fois depuis les indépendances, les gerbes ont été déposées au pied du monument « aux dévoués ». Un obélisque d’une hauteur hors-sol qui pèse environ 17 tonnes surmonté d’un pyramidion recouvert d’une feuille couleur or. Encore appelé ‘’Les Jardins de Mathieu’’, ce monument est réalisé en structure métallique en acier galvanisé avec un revêtement en pierre de granite noir. Il repose sur un socle en béton armé lui servant de fondation.

Cet édifice fait partie des 3 nouvelles statuts construites dans la ville de Cotonou et dévoilées le 30 juillet, à 48h de la fête nationale. « En réalité ce monument aux morts ne nous concerne pas ; il nous a plutôt toujours défié, a toujours ravivé nos peines et nous n’avons pas à nous consoler de ce qu’il serait aussi celui des combattants de la première et de deuxième guerres mondiales. Il est chronologiquement, surtout et avant tout le monument dédié aux soldats déployés par l’envahisseur pour soumettre nos ancêtres. Désormais, c’est ici en ce lieu empreint de notre histoire politique que sera déposé chaque 1er Août, la gerbe à la mémoire de nos héros », indique le chef de l’Etat le 30 juillet.

De l’avis de la plupart des Béninois, même les plus incrédules, ce 62e anniversaire aura été spécial. Beaucoup pensent d’ailleurs que c’est le 1er Août le plus réussi depuis 2016. Cependant, ils attendent d’autres gestes d’apaisement de la part de Patrice Talon surtout à 5 mois des législatives de 2023.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page