Economie

Cameroun : l’État suspend la taxe sur l’exportation du miel et du poivre

Précédemment soumis à un droit de sortie au taux de 5%, l’article 9 de la loi de finances 2022 supprime la taxe à l’exportation pour le miel et le poivre. Une information issue du texte divulgué par le Chef de l’État Camerounais, qui va amoindrir les charges fiscales des producteurs locaux.

« Par dérogation (…) le poivre et le miel sont exonérés du droit de sortie à l’exportation, qu’ils soient manufacturés ou non », précise ce texte.

En effet, le miel blanc d’Oku (Nord-Ouest) et le poivre blanc de Penja (Littoral) font la réputation du Cameroun à l’étranger. Ils sont étiquetés par l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). Avec cette suppression de taxe à l’exportation, l’un des effets économiques qui pourraient en découler est la dynamisation des filières poivre et miel, car les producteurs auront moins de charges fiscales à payer.

Cette exonération permet également de retirer ces produits de la liste de ceux qui sont soumis à un droit de sortie de 5%. Parmi les produits encore soumis à la taxe de 5%, il y a la gomma arabique, le riz, l’huile de palme, la noix de cola, le mil, le sorgho etc…

Étant des produits très spéciaux au Cameroun, le poivre de Penja et le miel d’Oku sont dans une base de données des indications géographiques grâce à la labellisation de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI).

Selon l’OAPI, ces indications servent à « identifier un produit comme étant originaire d’un territoire, ou d’une région, ou localité de ce territoire, dans les cas où une qualité, réputation ou autre caractéristique déterminée du produit peut être attribuée essentiellement à cette origine géographique ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page