Culture

Togo | Tradition : « Ekpésosso », le symbole de la nouvelle année chez les « Guin »

Louis Tossavi

Depuis des siècles, les peuples « Guin » du Bénin, du Ghana et du Togo et d’ailleurs se rassemblent chaque année au sanctuaire des 41 divinités de Glidji Kpodji à Anecho, une localité située à la frontière Bénino-togolaise, pour la traditionnelle cérémonie de prise de la pierre sacrée, dénommée « Epé-Ekpé » ou « Ekpésosso ». Les préparatifs de cet évènement ont débuté depuis le mois de juin et vont bon train, à quelques jours de ce rituel qui se tiendra le 22 Septembre prochain.

Au mois de Septembre de chaque année, les communautés « Guin » du Bénin, du Ghana et surtout du Togo, se retrouvent à Glidji Kpodji pour leur pèlerinage annuel appelé « Epé-Ekpé » ou « Ekpéssosso », la prise de la pierre sacrée. Un moment de retrouvailles, de ressourcement, de communion mais aussi et surtout de découverte de la richesse du patrimoine spirituel de cette communauté.

L’évènement est à sa 359e édition et tout se met en place pour le 22 septembre prochain, date retenue pour les festivités. Et comme c’est le cas tous les ans, la cérémonie sera suivie le lendemain d’une réjouissance populaire appelée « Yékê-Yêkê ».

Les différentes phases de Ekpésosso

Selon les explications de Togbé Tofodzi Wallace, grand prêtre Vodoun, la cérémonie rituelle de « Ekpésosso » se déroule en 3 phases principales. La première concerne la consultation oraculaire pour déterminer la couleur de la pierre sacrée et cerner son message, les rituels de Avéfofo, (veillée traditionnelle sacrée), de Motata (débroussaillage de la rue), de Tchessi dodo (préparation de l’eau sacrée destinée à la purification). La 2ème phase concerne la préparation spirituelle de la cérémonie et le Motata. Elle offre l’occasion aux initiés d’offrir au public, un beau spectacle de danses et chants traditionnels.

La 3e et dernière phase est populaire et ouverte au grand public. C’est le moment de la présentation publique de la pierre sacrée et du message qu’elle porte.

La pierre blanche symbolise la paix, la stabilité

Toujours dans le cadre des préparatifs de l’édition 2022 de « Epé-Ekpé », nous avons interrogé Ayélé Adossi Dankolé, présidente de l’union des prêtres Guins de la forêt sacrée de Glidji Kpodji. Cette prêtresse Vodoun nous a rappelé quelques précisions sur ce pèlerinage.

D’après ses explications, la prise de la pierre a toujours lieu un jeudi. Ce jour est le nouvel an chez les peuples Guin. Les réjouissances populaires quant à elles ont lieu le dimanche. A cette occasion, plusieurs mets dont le Yêkê-Yêkê (couscous des Guin), sont préparés et partagés dans toutes les maisons. A la question de savoir les différentes sortes de pierres sacrées qu’on retrouve à Glidji Kpodji, maman Dankolé explique : « On se contente de ce que  les ancêtres ont envoyé. Mais la pierre blanche revient régulièrement et veut dire qu’il aura la paix, la cohésion sociale, la stabilité, beaucoup de récoltes dans les champs ». Cependant, des interdits sont à respecter rigoureusement pour ne pas subir la colère des dieux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page