Economie

Pourquoi les Africains doivent payer plus d’impôts

Pour Carlos Lopes, l’imposition fiscale est un contrat social entre les citoyens et le gouvernement. Cela nécessite que les citoyens ordinaires bénéficient des dépenses publiques

Souvent, le débat sur la corruption en Afrique tend à se concentrer sur les coupables habituels, qu’il s’agisse des entreprises étrangères – telles que les sociétés minières – ou des dirigeants de pays et des élites qui les soutiennent. De toute évidence, ces préoccupations sont légitimes. Le comportement kleptocratique des dictateurs et dirigeants populistes a été la marque de fabrique de nombreux pays du continent. En revanche, le récent débat sur les flux financiers illicites, mérite davantage d’analyse.

L’indice de perception de la corruption (CPI), auquel on recourt si souvent, ne traduit en effet que la perception de ce phénomène. Élaboré par Transparency International, il est pourtant loin d’être transparent. Sa méthodologie est discutable, et ses conclusions quelquefois trompeuses.

Sans nier l’existence de la corruption en Afrique, le problème principal en la matière réside dans le manque de cadres réglementaires et dans l’inefficacité notoire des administrations quand il s’agit de faciliter la vie des agents économiques, notamment celle des investisseurs. En réalité, c’est l’inefficacité des États qui ouvre une voie royale aux corrupteurs internationaux, leur permettant de gagner beaucoup d’argent et leur offrant le luxe de se placer en juges de l’incompétence générale.

Perception négative de la gouvernance des États par leurs populations
Plusieurs décennies après les indépendances, les pays africains, souvent riches en matières premières, demeurent incapables de négocier correctement les contrats, acceptent des prix d’achat dérisoires, des obligations de redevances douteuses, ne se préoccupent pas suffisamment de la faible valeur ajoutée de leurs économies et ferment les yeux sur les conséquences néfastes de leur dépendance vis-à-vis des recettes d’exportation de ces matières premières. Voilà dans les faits ce qui explique la perception négative de la gouvernance des États par leurs populations. Des éléments qui n’intéressent pas les juges autoproclamés de la transparence.

Comment changer cette situation ? Et, ce faisant, faire évoluer les regards critiques sur l’Afrique ? Il y a certainement plus d’une réponse à cette question, mais, en termes pratiques, la solution la plus efficace consiste tout simplement à faire payer des impôts.

L’imposition fiscale est un contrat social entre les citoyens et le gouvernement. Cela n’a pas toujours été le cas. Les taxes féodales, les droits aux razzias pendant les guerres ou les impôts de l’époque coloniale sont quelques exemples ayant peu à voir avec le principe d’une citoyenneté responsable. Mais, dans le cadre d’un État moderne, les taxes et impôts sont des charges ou des prélèvements imposés à un contribuable (un individu ou une autre entité juridique) par une organisation gouvernementale, afin de financer diverses dépenses publiques.

Modernisation des systèmes fiscaux
Pour que les entreprises prospèrent et que l’activité économique du pays se développe, il faut que les politiques fiscales soient prévisibles sur le long terme. Cela tient en grande partie aux compétences des administrations fiscales et à des répercussions sur la performance des dépenses publiques.

L’assiette fiscale permet également de mesurer le niveau d’informalité d’un pays. Le mantra des ONG – protéger le secteur informel – n’est pas compatible avec un État moderne. Cela ne fait que perpétuer la dépendance vis-à-vis de sources de revenus telles que l’aide, en baisse au niveau mondial, et condamner une partie de la population à la précarité.

La pression fiscale, la façon dont nous mesurons le montant des recettes fiscales générées par une économie, est très faible en Afrique. La moyenne est de 22 %, contre 35 % dans le monde. Certains pays ont des niveaux de pression fiscale si bas qu’ils n’atteignent même pas la moitié de la moyenne africaine. Le Nigeria, la plus grande économie du continent, est le moins performant dans ce domaine, avec une pression fiscale de seulement 5 % à 6 %.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page