Politique

Quelle sera la politique africaine du président français Emmanuel Macron?

L’Afrique s’est invitée dans le débat de la présidentielle française grâce à Marine Le Pen. Le mercredi 22 mars, la candidate est reçue par Idriss Déby à Ndjaména: elle étrille la Françafrique, le CFA, visite la force française Barkhane. Aujourd’hui Emmanuel Macron préside la France. Quelles intentions avaient affichées le candidat d’En marche ! ? Quelle sera la politique africaine d’Emmanuel Macron ? Avec qui va-t-il la mener ? Eléments de réponse.
Macron l’Africain fera-t-il, dans ses relations avec les chefs d’Etat du continent, du Macron simple, sympathique, à l’écoute de l’autre ? D’aucuns évoquent une Françafrique dépoussiérée. Le « patron » d’En marche ! l’a dit : la politique de normalisation engagée par François Hollande doit aller à son terme.

Pas de retour en arrière dans la lutte contre le terrorisme, l’Afrique subsaharienne restera un théâtre d’opération en y associant plus l’Union africaine, le G5 Sahel et le partenaire algérien.

Sur le plan économique, Emmanuel Macron entend mettre l’entreprise et l’Union européenne au cœur de son dispositif. Pour l’aide au développement, le fameux 0,7% du PIB français n’est pas démenti. C’est un objectif. Le jeune énarque découvre le continent lors d’un stage au Nigeria. Entre 2014 et 2016, le ministre de l’Economie visite quelques pays de la zone CFA, rencontre Alassane Ouattara, Macky Sall.

Le candidat, lui, se rend à Alger où il évoque les crimes contre l’humanité commis par la France, avant d’adoucir, de retour à Paris, son propos. Très vite, le nouveau président doit visiter les forces françaises sur le terrain. Incontournable aussi, Rabat. Surtout après le voyage à Alger. Le pragmatisme est un crédo assumé. Macron, c’est un changement de style dans la continuité.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page