Culture

Culture | Valorisation du patrimoine : ‘’Gwadjaka’’ pour mettre en lumière les jeux traditionnels du Bénin et de la Guadeloupe

Louis Tossavi

Une délégation d’afro descendants venus de la Guadeloupe sillonne des communes du Bénin depuis quelques jours dans le cadre du festival Gwadjaka  qui se tient du 1er au 15 Août. Un rendez-vous de partage et de brassage culturel entre deux peuples à travers les jeux et jouets traditionnels Caraïbe/Afrique.

L’initiative émane de l’Association ‘’Gwajéka’’ (harmonise, regroupe pour la joie) qui selon son président Baléwa Jean-Paul Quiko, vise à mettre à l’honneur tous les jeux des ancêtres, les valoriser, les transmettre aux jeunes générations et donner l’opportunité aux jeunes écoliers et élèves du Bénin et de la Guadeloupe de passer de belles vacances. Parmi ces jeux figurent : la course en sacs, la course avec des pneus, le tir à la corde, la corde à sauter, lance-pierre, etc. Les Guadeloupéens découvriront aussi les courses de pirogue autour du lac Ahémé et tout le patrimoine ludique du Bénin. Cette tournée Afro-caribéenne conduit les hôtes dans plusieurs communes du Bénin telles que Bassila, Kpomassè, Sô-Ava, Pobè et autres.

A la question de savoir pourquoi avoir choisi cette période pour ce festival, Baléwa Jean-Paul Quiko explique que c’est le moment des grandes vacances tant au Bénin qu’en Guadeloupe. « Les enfants sont un peu disponibles à pouvoir s’amuser, pratiquer des jeux, découvrir. C’est une période plus pratique pour véhiculer cet esprit des jeux d’entre temps, des jeux traditionnels, des jeux ancestrauxCe festival  va permettre aux enfants béninois de découvrir les jeux traditionnels des Caraïbes et aux enfants Guadeloupéens de se familiariser avec les jeux traditionnels du Bénin. En liant ces deux pratiques culturelles, ça a donné le festival Gwadjaka qui fait qu’on va tourner dans les différentes villes. L’idée à chaque fois, c’est de pouvoir présenter nos deux cultures ludiques aux enfants, aux adultes », précise Jean-Paul Quiko.

Pour Tatiana Ahissou du groupe « Les sœurs Teriba», ce festival est parfaitement en harmonie avec leur style musical. «Artistiquement notre musique est beaucoup plus ancrée dans la tradition. Et quand on parle de jeux, on parle  de musique, de loisirs. Ces jeux nous ont bercés dans notre enfance», s’est-elle réjouie.

Rappelons que ce festival est à sa 2e édition au Bénin et qu’avant Cotonou, Jean-Paul Quiko et les siens ont séjourné à Lomé au Togo où ils ont animé une « Masterclass » qui présentait les jeux et qui a permis aux adultes aussi de découvrir ce qu’ils peuvent faire à partir de ces jeux et développer les activités professionnelles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page