Culture

Cameroun | Tradition : « Sur la Route des chefferies… Du visible à l’Invisible » : Les fondements de la société Bamiléké en exposition

AWR

Démarrée depuis plusieurs mois, la première édition de la saison culturelle du Cameroun à Paris en France initiée par l’association « Les Routes des Chefferies », a pris fin le 17 juillet dernier. Son objectif, promouvoir la destination Cameroun ; valoriser le patrimoine culturel et le savoir-faire des artisans camerounais.

Les 9 et 10 juillet dernier à l’espace Cardin du Théâtre de la ville de Paris, l’évènement a été marqué par « La Nuit des Chefferies », meublée de danses patrimoniales des quatre aires culturelles du Cameroun dévoilées par le ballet de la diaspora, d’un défilé de mode sur le thème des costumes royaux présenté par trois jeunes stylistes venus du Cameroun, d’une soirée de contes, des chants patrimoniaux et la présentation de la diversité de l’art culinaire camerounais.

D’après le site d’information 237online.com, l’autre activité phare de cette saison culturelle du Cameroun à Paris a été la parade royale des civilisations autour de la Tour Eiffel des Invalides, du musée du Quai Branly et de la Seine. Des marionnettes géantes, des danseurs, des jongleurs, des cracheurs de feu, des musiciens, des échassiers ont à cette occasion créé une ambiance de carnaval sur un parcours de près de 2,5 km.

La saison culturelle du Cameroun à Paris était aussi un rendez-vous économique. « Il est question de profiter de la puissance de cette plateforme culturelle pour montrer le potentiel du Cameroun en termes d’investissement », avait expliqué Blaise Etoa, conseiller spécial à la « Route des chefferies ».

Cette mobilisation culturelle inédite a eu selon les organisateurs, un impact significatif. En effet, depuis son vernissage le 4 avril 2022, l’exposition « Sur la Route des chefferies. Du visible à l’Invisible » a drainé plus de 1000 visiteurs au musée du Quai Branly-Jacques Chirac parmi lesquels 50 chefs traditionnels, notables, reines, personnalités, artistes de renoms et intellectuels en plus du grand public.

L’initiative a mis en avant plus de 240 objets prêtés par les chefferies et notables du l’Ouest notamment de la région des Bamiléké et du Nord-Ouest. Elle a reconnecté des camerounais installés en France et en Europe depuis des générations. Cette exposition est par-dessus tout, une découverte d’un pays d’une diversité inspirante. « On a voulu présenter les fondements de la société Bamiléké, ensuite on aborde la figure du roi et enfin les sociétés secrètes. On a ici toute la symbolique principale de comment fonctionne une chefferie. On peut avoir des chefferies de différentes tailles », a déclaré Cindy Olohou, historienne de l’art, muséologue et commissaire associée à l’exposition au micro de Radio Bénin. Ancienne élève de l’école de Louvre, elle est engagée dans la valorisation et la diffusion de l’art contemporain d’Afrique et de ses diasporas.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page